Aurore Jacobs, coach de vie : « Chaque femme devrait s’autoriser à penser à elle-même ! »

Aurore Jacobs est spécialiste de l’accompagnement des personnes qui souhaitent rebondir après avoir vécu une situation difficile : divorce, burn-out, licenciement… Son public est celui des femmes en recherche d’emploi, cadres en reconversion ou ayant envie de créer leur entreprise. Elle nous explique en quoi la confiance en soi s’appuie aussi sur la réconciliation avec son corps et l’affirmation de sa propre beauté.

Vous avez créé votre propre activité de coaching, pour partager des années d’expertise autour de la recherche d’emploi. Il semble que vous avez vous-même vécu ces moments où l’on veut, où l’on doit changer de vie. C’est bien le cas ?

Oui, j’ai même frôlé un grave burn-out, au point d’altérer ma santé. J’ai travaillé pendant 10 ans dans une agence de service public d’Aide à l’emploi. En tant que manager, j’avais 40 personnes sous ma responsabilité. Avec le temps, mon travail a fini par ne plus être en accord avec mes valeurs. On ne permettait plus à mes collaborateurs d’avoir le temps et la qualité d’écoute qu’il aurait fallu.

Au contraire, c’était le contrôle permanent, avec un timing des rendez-vous très surveillé. Chaque conseiller avait seulement 20 minutes pour faire le point avec des chercheurs d’emploi à la situation souvent compliquée. À chaque entretien, un compteur visuel passait du vert à l’orange puis au rouge si on mordait sur le temps imparti.

C’était très stressant pour moi comme pour mes équipiers. Je buvais café sur café. J’avais le sentiment de m’éloigner de la notion d’aide au public. J’étais à des kilomètres de moi et de la véritable personne que j’étais, en ressentant une grande fatigue. Je m’éteignais tout simplement. Et surtout, j’étais maman d’un petit garçon d’un an, que je ne voyais plus que trop peu lorsque j’ai repris le travail, après mon congé parental. J’en venais à espérer qu’il dorme déjà quand je rentrais le soir. Cela me coupait de lui encore plus. Cette période a été très difficile pour moi.

Quel déclic vous a amenée à dire “Je n’en peux plus” ?

Un jour, j’ai eu un très fort mal de gorge, comme si on me donnait des coups de poignards à l’intérieur. Je suis tombée malade. Mon corps m’a expliqué à sa façon que ça n’allait plus et que les choses devaient changer.

Ancienne cadre chargée d’accompagner des chercheurs d’emploi, Aurore Jacobs aide désormais des femmes en conversion ou tournées vers la création d’entreprise.

Comment vous-êtes vous remise de cette surcharge de stress professionnel ?

J’ai été “out” pendant près d’un an. Il m’a fallu plus de trois mois pour récupérer de l’énergie ! Pendant une période, il m’était impossible de travailler. Puis lorsque la santé est revenue, j’ai réalisé que je ne pouvais plus vivre la même vie. Il me fallait un autre projet professionnel.

Ce quasi burnout a réellement été une véritable crise identitaire pour moi. J’ai remis à plat les choses que j’aimais, et celles que je n’aimais pas. J’ai négocié mon licenciement pour créer mon entreprise Tell Me More – Coaching et conseiller individuellement d’autres femmes. J’ai élargi mon bagage théorique et me suis formée au coaching de vie. J’ai eu la chance d’être soutenue dès le début dans cette démarche par mon compagnon.

L’approche du burn-out a déclenché en moi cette crise d’identité que beaucoup d’autres salariés dans la même situation ont déjà vécu. « Qu’est-ce que je veux, qu’est-ce que je ne veux pas pour mon futur ? ». C’est une profonde remise en question.

Aurore Jacobs, coach de vie

Pourquoi vous adressez-vous principalement aux femmes ?

Je me sens plus à l’aise dans l’accompagnement avec les femmes. J’utilise l’aromathérapie, les fleurs de Bach…. bref des outils qui parlent plus souvent à la sensibilité féminine, au côté ‘girly’ de chacune d’entre nous. Je me sens moins à l’aise pour aborder cette approche avec des hommes. Et puis, les perceptions du quotidien sont tout de même différentes.

Aurore Jacobs aide les femmes à se reconstruire et changer de vie après un licenciement, une épreuve de vie… en prenant en compte la confiance en soi et la perception de sa propre beauté naturelle.

Les femmes s’effacent souvent derrière leur conjoint ou leur enfant. Elles ne se donnent pas assez la permission de se reposer, de prendre du temps pour elles. Ou bien elles prennent trop à coeur des détails inutiles, à force de recevoir de la société contemporaine des conseils contradictoires. Chaque femme doit être tour à tour maman, épouse, séductrice, dirigeante ou entrepreneuse.. Cela fait beaucoup.

Justement, comment retrouver sa confiance en soi et mieux s’épanouir ?

Une partie de mes séances de coaching aide les femmes à s’autoriser les choses et se sentir bien ainsi. Après une période difficile, il faut déjà retrouver suffisamment d’énergie et de confiance en soi, que ce soit pour chercher du travail, lancer un projet professionnel, une création d’entreprise, etc. Pour y arriver, il faut soigner le corps autant que l’esprit.

Le rapport au corps et à la perception de sa beauté a donc toute sa place. Quand on doit gérer une équipe, aller au contact de clients ou d’autres personnes, la vie est plus facile quand on se regarde le matin dans le miroir en se disant « hé, je suis pas mal ».

C’est pour cette raison que j’oriente les femmes qui le souhaitent vers des pros de la beauté, en parallèle de mes accompagnements. J’organise aussi des ateliers intitulés « Toutes les femmes sont belles », en association avec des professionnelles du sujet, où l’on montre que beauté extérieure et intérieure vont de pair sur la route vers le mieux-être.

Concrètement, il peut s’agir de travailler sur les couleurs, sur le maquillage ou le langage corporel. Et je n’hésite pas à recommander d’autres spécialistes, par exemple une massothérapeute, pour apaiser un corps tendu ou douloureux.

Comment déceler la montée en puissance d’un stress excessif ? Comment éviter qu’il ne prenne le contrôle de notre vie ?

Le rapport à la nourriture, par exemple, peut être vu comme une réponse au stress ou au mal-être. J’ai été boulimique pendant 20 ans. Cela traduisait chez moi une situation de vie qui ne me convenait pas. Pourtant, je savais que le jour où j’allais rencontrer la bonne personne, l’homme avec qui j’allais former le couple que j’attendais, j’allais trouver un autre rythme. Le chemin a été long et sinueux, mais c’est ce qui s’est passé.

Les soucis liés à l’alimentation ne sont pas une affaire de gloutonnerie. Ils ont souvent une cause psychologique. Un désordre alimentaire peut provenir d’un mal-être par rapport à sa situation personnelle, son couple ou son travail. Il devient pour la personne ce qui semble être la seule échappatoire possible.

Un burn-out, un événement familial ou professionnel majeur peuvent altérer notre santé, notre envie d’aller de l’avant. Il faut alors savoir se reconstruire, d’où les conseils d’un coach comme Aurore Jacobs.

Le stress en lui-même peut profondément marquer notre corps et notre peau. Lorsque j’ai approché le burn-out, j’ai même eu les symptômes d’une scarlatine, avec des éruptions cutanées. Alors que c’est une maladie qui touche les enfants.

Quand c’est un travail passionnant mais stressant qui impose un rythme, il n’est pas facile de changer. Comment décompresser ? Certains se défouleront dans le sport ou une passion qui jouera un rôle de soupape. D’autres personnes se jetteront sur la nourriture, avec des fringales pour calmer une contrariété. Quel équilibre trouver ?

On peut trouver de nombreuses façons de se faire du bien sans culpabiliser. Et puis, pourquoi se reprocher de manger du chocolat le soir, alors que ça fait plaisir et qu’on a déjà une vie assez compliquée ? On peut croquer quelques carrés de chocolat sans avaler la tablette entière.

Certaines personnes plus fragiles pourront tomber dans l’excès, mais justement, il faut apprendre à cadrer les choses. Ne rien s’interdire radicalement, c’est souvent contre-productif. Simplement, se donner la permission en trouvant la juste mesure. Il faut aussi s’ouvrir à la découverte de nouvelles solutions, en se disant : “J’y ai droit, moi aussi”.

Faites le Quiz

Quiz Quel type de peau

Ces articles peuvent vous intéresser

Pourquoi perd-on ses cheveux ?

Pourquoi perd-on ses cheveux ?

Perdre ses cheveux, une vraie galère pour de nombreux hommes et femmes. Mais surtout pour ces messieurs ! Focus sur la chute des cheveux et les façons de l'arrêter.

Prochaines rencontres

Contactez-nous pour rencontrer des professionnels et des passionné(e)s de soins d'excellence pour la peau.

Nous suivre

Contactez-nous

L'envoi de ce formulaire est sécurisé par CAPTCHA et Google, en respectant sa politique de confidentialité et ses Conditions générales.