Des histoires à fleur de peau

Cette rubrique rassemble de vrais témoignages autour de la peau, du rapport à soi, à son corps… Nous les préférons anonymes, en changeant les prénoms, pour faciliter leur recueil. Les éventuelles photos servent uniquement pour illustration.

Franck : « Perdre mes cheveux, ça me gonfle ! J’hésite à faire des implants capillaires…»

Je suis informaticien, j’ai 38 ans et la vie se passe plutôt bien pour moi. Il y a juste un sujet qui m’exaspère : je perds mes cheveux ! Ils sont plutôt blonds, ce n’est pas le fait qu’ils puissent virer au gris qui m’ennuie, mais le fait qu’ils se virent tout court !

Y’en a marre de perdre mes cheveux !

J’ai toujours été préparé à cette idée de perdre une partie de ma chevelure au fil des années. J’ai connu mon grand-père chauve et du côté de mon père, c’était quelque chose d’acquis. Il est loin d’avoir une coupe de rockstar.

Lui qui était fan de Johnny (Halliday), il aurait toujours rêvé d’avoir les cheveux de ses jeunes années, le côté rebelle d’une époque sans doute… A chacun son modèle.

Bref, comme le sujet des cheveux n’étaient pas vraiment un trésor de famille, je faisais semblant d’en rigoler ou de m’en ficher quand j’étais plus jeune. Je faisais le malin, mais je savais que statistiquement, la biologie allait me rattraper : j’avais des chances de perdre moi-aussi ma tignasse.

Bien sûr, je ne fais pas tourner ma vie autour de ça. Mais ça m’ennuie. Ça fait moins « jeune », je ne sais pas pourquoi. On peut dire ce qu’on veut… ça fait quand même baisser de plusieurs points ton « capital-séduction ».

Chute des cheveux à partir de la trentaine

La chute des cheveux est arrivée plus lentement que je ne craignais, à partir de la trentaine. Le front s’est dégarni, avec les dernières racines qui remontent, qui remontent… J’ai aussi perdu sur le dessus du crâne. Mais comme je suis plutôt grand, ça ne se voit pas trop.

J’ai commencé à me renseigner sur la pose d’implant capillaire. Le budget (plusieurs milliers d’euros) est assez salé. Je pourrais me le permettre. Je sais qu’on peut le faire à l’étranger pour moins cher, ça pourrait me tenter, rien n’est encore décidé…

Ce qui est sûr, c’est que je ferai ce qu’il faut pour prendre soin de mes cheveux. Tant pour garder les anciens déjà présents encore fidèles, et bien entretenir les nouveaux implants si je décide de faire appel au bistouri.

Ces contenus sur le même thème peuvent vous intéresser

Partagez votre expérience en quelques mots

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Faites le Quiz

Quiz Quel type de peau

Ces articles peuvent vous intéresser

Pourquoi perd-on ses cheveux ?

Pourquoi perd-on ses cheveux ?

Perdre ses cheveux, une vraie galère pour de nombreux hommes et femmes. Mais surtout pour ces messieurs ! Focus sur la chute des cheveux et les façons de l'arrêter.

Prochaines rencontres

Contactez-nous pour rencontrer des professionnels et des passionné(e)s de soins d'excellence pour la peau.

Nous suivre

Contactez-nous

L'envoi de ce formulaire est sécurisé par CAPTCHA et Google, en respectant sa politique de confidentialité et ses Conditions générales.