Des histoires à fleur de peau

Cette rubrique rassemble de vrais témoignages autour de la peau, du rapport à soi, à son corps… Nous les préférons anonymes, en changeant les prénoms, pour faciliter leur recueil. Les éventuelles photos servent uniquement pour illustration.

Antoine : « J’arrête le tabac, j’aimerais pouvoir encore profiter de ma santé, ma bonne mine et mon sourire »

J’ai commencé à fumer à l’âge de 27 ans. J’en ai 63 aujourd’hui, et j’ai décidé qu’il était temps d’arrêter une bonne fois pour toute.

A l’époque, contrairement à beaucoup de jeunes garçons, ce n’est pas avec l’armée ou les copains d’école que j’ai pris le goût du tabac (que je n’ai jamais vraiment aimé), mais au bureau.

La cigarette pour faire comme les autres

J’étais un jeune ingénieur et dans mon équipe, plusieurs amis prenaient l’habitude de faire une pause autour de la cigarette. Le « café-clope » était même un rituel du déjeuner, en conclusion du repas. Alors pour ne pas s’isoler des autres, pour s’insérer dans le groupe sans paraître ringard ni se démarquer, forcément, on fume avec les autres…

Il ne faut pas oublier qu’à mon époque, fumer faisait partie des gestes à la mode. Ne riez pas, mais on pouvait même trouver sexy une fille qui allume nonchalamment sa cigarette… Je rappelle aussi que dans les années 80, la cigarette est partout dans la rue ou les lieux publics, au restaurant, en discothèque… ou même en avion, même si l’hôtesse te demande de l’éteindre pour le décollage !

Les campagnes de prévention ? Ça ne m’a jamais fait arrêter

Avec les années, j’ai pris conscience des dégâts que la cigarette pouvait représenter pour ma santé et ma peau. Je ne peux pas dire que je ne le savais pas : à la télévision, on s’est tapé un nombre incalculable de campagnes de prévention sur les risques de cancer, etc.

Sans parler des photos horribles sur les paquets de cigarette. Et même du prix qui a grimpé en flèche au point d’en faire un produit de luxe.

Mais j’avais beau savoir que le tabac agit comme un poison sur notre santé, surtout depuis ces dernières années (ce phénomène n’était pas aussi connu quand j’ai commencé), cela n’a jamais suffit pour me convaincre.

Un fumeur accro comme moi est capable de monter jusqu’à deux paquets par jour dans les moments de stress. Ce ne sont pas des images choquantes qui m’ont donné envie d’arrêter, mais l’espoir de voir grandir mes petits-enfants le plus longtemps possible en leur montrant une meilleure mine.

Aujourd’hui, je m’en rends compte, je paie le prix de ces années de tabac. J’ai le souffle court. Je n’ai évidemment plus la « belle gueule » de mes jeunes années. Mais j’aimerais encore vivre de bons moments, et j’en ai marre d’avoir cette haleine gênante et ce teint blafard que la fatigue, le stress et la cigarette m’ont collé au visage au fil des années.

Quant aux dents jaunies par le tabac, eh bien… ce n’est pas un mythe.

Alors s’il existe des solutions nouvelles pour rectifier les erreurs de jeunesse, et prendre soin de ma peau après l’avoir négligée pendant des décennies, ça m’intéresse d’essayer !

Ces sujets peuvent vous intéresser

Partagez votre expérience en quelques mots

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Faites le Quiz

Quiz Quel type de peau

Ces articles peuvent vous intéresser

Pourquoi perd-on ses cheveux ?

Pourquoi perd-on ses cheveux ?

Perdre ses cheveux, une vraie galère pour de nombreux hommes et femmes. Mais surtout pour ces messieurs ! Focus sur la chute des cheveux et les façons de l'arrêter.

Prochaines rencontres

Contactez-nous pour rencontrer des professionnels et des passionné(e)s de soins d'excellence pour la peau.

Nous suivre

Contactez-nous

L'envoi de ce formulaire est sécurisé par CAPTCHA et Google, en respectant sa politique de confidentialité et ses Conditions générales.