Pourquoi perd-on ses cheveux ?

Perdre ses cheveux, une vraie galère… surtout pour les hommes

La chute des cheveux est-elle un fléau pour vous ? On peut accepter l’arrivée des cheveux gris lorsqu’on prend de l’âge, mais constater que sa chevelure s’éclaircit, se clairseme au fil des jours est une source de chagrin largement partagée sur la planète.

Pire, quand l’implantation des cheveux recule de façon visible, quand la coupe de cheveux habituelle est transformée en découvrant des zones plus claires, cela entraîne parfois un mal-être ou une perte de confiance, notamment auprès du sexe opposé.

La perte de cheveux, sur le front et le haut du crâne, touche beaucoup d’hommes

La raison ? Pour des millions d’hommes et de femmes à travers le monde, une chevelure fournie et vigoureuse est un signe de jeunesse, de santé et de capital de séduction. A l’inverse, il suffit que les tempes ou le dessus du crâne s’éclaircissent pour donner l’impression qu’on subit le poids des années.

Rassurez-vous, cet article va vous donner des explications et des solutions !

Un fléau qui touche surtout les hommes

En France, plus de 1 homme sur 10 est victime de ce phénomène, généralement à partir de la trentaine. Et perdre ses cheveux n’a rien d’égalitaire. La chute capillaire touche beaucoup moins les femmes, pour qui l’événement est plus tardif et plus progressif, donc plus discret.

En moyenne, la chute des cheveux concerne :

  • 13 % des hommes
  • 2% des femmes

D’où vient cette chute des cheveux ? Y a-t-il un moyen de limiter ou ralentir ce phénomène ? Et comment éviter le pire des cauchemars : la calvitie ?

La chute importante de cheveux chez les femmes est plus rare et moins spectaculaire, mais elle existe aussi

La chute des cheveux est un phénomène naturel

Perdre des cheveux est normal. Même un Julien Doré, dont la crinière blonde passe si bien à la TV, perd entre 50 et 100 cheveux par jour. Pourtant, on n’y voit que du feu : sa chevelure a l’air toujours aussi imposante !

En fait, le chanteur, comme la majorité des gens, est l’heureux propriétaire de 100 000 à 150 000 cheveux. Cette fortune capillaire prend naissance, pousse puis s’étiole selon une chronologie répétitive et bien réglée qu’on appelle les cycles pilaires.

Le cheveu prend racine dans le follicule pileux (poche colorée en rose sur le dessin) qui s’atrophie avec les années. La glande sébacée (en forme de gouttelette, colorée en jaune) lubrifie le cheveu.

Le cycle de vie du cheveu se décompose en trois phases :

  1. D’abord, la phase anagène. Cette première phase correspond à la pousse du cheveu. Elle dure de plusieurs mois à plusieurs années et concerne 85 % de nos cheveux.
  2. Ensuite, la phase catagène, d’une durée de 3 semaines à quelques mois. Le cheveu arrête de pousser. Son évolution est en quelque sorte au point mort. Seulement 1 % des cheveux sont concernés par cette deuxième phase de stagnation.
  3. La phase télogène. Elle s’étend sur 2 à 3 mois, pendant lesquels le cheveu reste attaché au follicule pileux malgré un bulbe atrophié. La chute est imminente : le cheveu va tomber dès qu’un autre, frais et nouveau venu, commencera à pousser pour le remplacer.

À la minute même où vous lisez ces lignes, chacun de vos cheveux est en train de traverser l’une de ces trois phases. Ainsi, vous gardez toujours une quantité suffisante de cheveux sur la tête tout au long de l’année. Jusqu’au moment où… le cheveu n’est plus remplacé.

Ce qui fait une belle chevelure : de l’éclat, de la densité, de la souplesse… et un cycle de renouvellement intact ! (photo : Pexels / Julia Kuzenkov)

Mais si le cheveu n’est pas remplacé, quelle est la cause ?

Pourquoi certains perdent leur chevelure (et pas d’autres) ?

Lorsque le cuir chevelu perd en densité et que le crâne se dégarnit, on parle d’une alopécie. On considère qu’une personne est atteinte d’alopécie lorsqu’elle perd plus de 100 cheveux par jour sur une période dépassant les 2 mois.

Inutile d’apprendre à compter vos cheveux : en général, vous constatez que le volume de cheveux agrippés sur votre brosse augmente significativement. Ou bien vous en retrouvez de plus en plus dans votre main, surnageant au fond du bac de la douche, posés sur votre oreiller le matin au réveil, etc.

L’alopécie est une accélération des cycles. Les cheveux tombent plus régulièrement et une partie d’entre eux ne repoussent pas.

En moyenne, un follicule pileux va vivre une vingtaine de cycles durant votre vie, jusqu’à son épuisement. La durée et le nombre de cycles dépendent de la génétique : la chevelure de vos parents détermine grandement la vôtre.

8 étapes successives d’évolution d’une alopécie chez un homme, de l’adolescence à l’âge adulte

Un phénomène d’origine hormonale

L’origine de l’alopécie est principalement hormonale. Deux hormones en excès, la dihydrotestostérone et l’épilotestostérone, seraient à l’origine de l’inactivation des cellules souches des follicules pileux, là où le cheveu est censé se construire.

De fait, une production trop importante de ces deux hormones empêcherait les cheveux de repousser.

D’autres facteurs peuvent de déclencher la chute des cheveux :

  • Les carences en magnésium, en zinc, en calcium ou en fer
  • Chez les femmes, les variations hormonales liées à la grossesse ou à la ménopause peuvent dérégler le fonctionnement des follicules pileux ;
  • Certains médicaments notamment lors de traitement chimiothérapiques

Résultat, la densité de cheveux au centimètre carré diminue, le crâne se dégarnit petit à petit. Chez les hommes, il ne reste que quelques cheveux isolés, qu’on peut chercher à préserver avant que la surface ne devienne totalement lisse. Lorsque la surface de la peau devient nue, on parle de calvitie.

La pelade : quand nos défenses immunitaires font tomber nos cheveux

Un autre phénomène peut entraîner la chute des cheveux : la pelade. Cette maladie entraîne la chute soudaine de poils et de cheveux sur une partie précise du corps.

Alors que certains hommes perdent une petite surface de barbe, d’autres voient un trou apparaître dans leur chevelure, que ce soit sur les côtés, derrière la tête ou sur le haut du crâne.

La pelade, sous forme d’alopécie en plaques, g (source : Waikato District Health Board / DermNet New Zealand, licence creative commons)

Les jeunes en souffrent aussi

La pelade n’est pas une affaire d’âge ou de vieillissement : la moitié des cas concerne les moins de 20 ans ! Si elle n’est pas dangereuse pour la santé, cette maladie auto-immune peut être très embarrassante et freiner la confiance en soi.

Le sujet fait encore débat, mais on estime que la pelade est liée à une anomalie des lymphocytes T, qui appartiennent à la famille des globules blancs.

Après une forte exposition au stress ou à un traumatisme psychologique par exemple, ces gardiens de notre immunité peuvent s’attaquer aux follicules pileux au point de les rendre inactifs. Dès lors, le cheveu ne se renouvelle plus.

Comment lutter contre la chute des cheveux ?

Évitons de couper les cheveux en quatre, pour aller à directement à la bonne nouvelle : oui, les solutions contre la chute des cheveux existent.

Bien sûr, il existe des solutions artificielles comme les perruques, ou invasives comme la chirurgie esthétique avec la pose d’implants capillaires. Hormis avec la solution chirurgicale, il n’est pas possible de faire repousser un cheveu disparu. Au fil des années, le cheveu devient de plus en plus fin et il peut ne rester qu’un duvet à la fin.

Avant d’en arriver là, heureusement, il existe des solutions de prévention ou de correction pour renforcer les cheveux existants, même sur des pousses peu visibles à l’oeil nu. On peut donc espérer un résultat efficace, moins coûteux et moins contraignant que la chirurgie.

Une alimentation et un rythme de vie sain, votre premier rempart de prévention

Commencez par adopter un mode de vie sain avec une alimentation équilibrée. Pratiquez de l’activité physique et éloignez-vous de toute source de stress inutile.

N’hésitez pas à pratiquer des séances de relaxation ou à vous évader vers d’autres horizons lors de vos moments libres.

Des technologies et des soins capillaires pour renforcer vos cheveux

Des études scientifiques ont déterminé que la croissance des cheveux est favorisée par plusieurs vitamines :

  • vitamine B6
  • vitamine B5
  • vitamine C
  • vitamine B8

Vous pouvez ralentir radicalement la chute des cheveux, et même raviver votre chevelure grâce à des soins capillaires de nouvelle génération qui seront riches :

  • en vitamines
  • en oligo-éléments

Ces nutriments renforcent la solidité des cheveux en agissant sur la kératine (une famille de protéines qui intervient dans la croissance de nos cheveux, nos ongles…)

Les suppléments nutritionnels, une aide précieuse

Vous pouvez aussi apporter les nutriments cités plus haut avec une supplémentation sous la forme de comprimés. Ils ne se substituent pas à une alimentation équilibrée. Ils renforcent l’apport en vitamines et oligo-éléments essentiels à la santé capillaire.

L’idéal est de cumuler l’effet de ces suppléments nutritionnels avec des soins capillaires.

Choisissez votre shampoing avec soin

En fonction de leur formulation, des shampoings peuvent se révéler agressifs pour vos cheveux. Leur pH (leur niveau d’acidité) varie d’une composition à l’autre. Or un pH trop élevé peut abîmer le film hydrolipidique (ndr: un délicat mélange de substance grasse, de sueur et d’eau, pour dire les choses crûment) qui protège vos cheveux.

Ce film hydrolipidique favorise également leur hydratation. Il est aussi responsable de leur souplesse.

Évitez les shampoings trop fréquents

Pour éviter de détruire ce film protecteur, évitez de dépasser plus de trois shampoings par semaine. En général, on préfèrera les shampoings au pH neutre. A vous d’essayer différentes marques.

Et séchez-les avec une chaleur douce

Pour le séchage de votre chevelure, surtout si elle est abîmée ou clairsemée, évitez une source de chaleur trop intense. Un sèche-cheveux à la chaleur tiède suffit dans la plupart des cas. Une sensation de légère “brûlure” quand vous restez au bout de quelques secondes au même endroit est un message clair : c’est trop chaud.

C’est une évidence de le rappeler, mais cet article est aussi une piqûre de rappel des bons réflexes qu’on oublie au quotidien.

En évitant les appareils chauffants…

Enfin, mesdames, limitez également l’utilisation de fer à lisser ou à boucler. Tous ces appareils fragilisent vos cheveux et favorisent une chute anticipée.

Explorez l’effet des courants galvaniques

La stimulation du derme et des follicules pileux avec les courants galvaniques donne des résultats de grande qualité.

Le principe : un appareil en contact avec l’épiderme émet un micro-courant électrique. Cette tension favorise la pénétration d’un gel nourrissant sous la peau.

En l’espace de quelque semaines, il est possible de redonner de la vigueur et de la densité aux cheveux.

Ces autres thématiques peuvent vous intéresser

Faites le Quiz

Quiz Quel type de peau

Ces articles peuvent vous intéresser

Pourquoi perd-on ses cheveux ?

Pourquoi perd-on ses cheveux ?

Perdre ses cheveux, une vraie galère pour de nombreux hommes et femmes. Mais surtout pour ces messieurs ! Focus sur la chute des cheveux et les façons de l'arrêter.
Pourquoi perd-on ses cheveux ?

Pourquoi perd-on ses cheveux ?

Perdre ses cheveux, une vraie galère pour de nombreux hommes et femmes. Mais surtout pour ces messieurs ! Focus sur la chute des cheveux et les façons de l'arrêter.

Prochaines rencontres

Contactez-nous pour rencontrer des professionnels et des passionné(e)s de soins d'excellence pour la peau.

Nous suivre

Contactez-nous

L'envoi de ce formulaire est sécurisé par CAPTCHA et Google, en respectant sa politique de confidentialité et ses Conditions générales.